La seule association à but non lucratif engagée pour plus de confort et de bon sens dans l’habitat.

Confort dans l’habitat : et si on s’occupait de son toit ?

Publié le 28 août 2019

Entretenir le toit d’un bâtiment est la meilleure façon de pérenniser sa valeur, mais aussi de garantir sa sécurité et sa performance sur la durée. Promotelec a interrogé Jérôme DA FONSECA, Responsable Grands-comptes chez ATTILA, 1er réseau national spécialisé dans la maintenance de toiture, qui nous explique l’importance de prendre soin de son Capital-toit. 

Quels sont les risques d’un mauvais entretien de toiture ?

Ne pas entretenir son toit va avoir plusieurs conséquences : cela va générer un risque d’infiltrations qui se transformera, à termes, en infiltration, pouvant provoquer in fine la destruction du toit et donc une réfection prématurée.

Aujourd’hui, un toit dure entre 25 et 30 ans en moyenne. On estime qu’un entretien régulier permet de rallonger la vie d’une toiture de 10 à 15 ans. C’est un investissement dans la défense du Capital-toit qui est avantageux sur la durée : on agit de manière préventive, et non plus curative, pour éviter de dépenser des sommes importantes en cas d’urgence.

Les professionnels qui font appel à nous, entreprises, collectivités, bailleurs, ont des activités à faire tourner. En dessous d’un toit, vous avez du personnel, du stock, des machines, qu’un problème de toiture peut rapidement mettre en péril. Entretenir la toiture d’un bâtiment, c’est donc s’assurer de sa sécurité sur la durée.

En quoi consiste l’entretien d’un toit ?

 Il s’agit en premier lieu de nettoyer tous les éléments qui permettent d’évacuer les eaux pluviales (gouttières, etc.) et retirer ainsi tous les déchets courants qui risquent de boucher les évacuations.

Jérome DA FONSECA, Responsable Grands-comptes chez ATTILA

Jérôme DA FONSECA, Responsable Grands-comptes chez ATTILA

Une fois ce grand nettoyage fait, nous effectuons un diagnostic de l’état du toit et identifions les défaillances potentielles : gouttière percée, fuite, absence de contrôle des systèmes de sécurisation, accès à la toiture. Nous proposons ensuite des réparations et des améliorations.

A quelle fréquence l’entretien d’un toit doit être réalisé ?

Un entretien par an est généralement suffisant, au début du printemps ou de l’automne. D’autres passages en cours d’année peuvent être envisagés en fonction de l’environnement du bâtiment.

La considération des professionnels pour cette étape dans la vie d’un bâtiment est-elle à la hauteur des enjeux de sécurité et de performance qu’elle représente ?

Aujourd’hui, il y a une prise de conscience qui se fait par le biais des assurances. La loi impose aux locataires d’un bâtiment d’entretenir la toiture, quand les bailleurs sont responsables des gros travaux. Il faut dès lors pouvoir justifier auprès de son assurance de l’entretien du toit, en cas d’intempéries par exemple.

La notion de Capital-toit s’impose également de plus en plus comme un argument marquant lors de la vente d’un bâtiment. Un toit bien entretenu permet de rassurer l’acquéreur quant à la qualité du bâti et à l’absence de travaux éventuels à moyen-long terme.

>> Pour davantage d’informations : www.attila.fr.

Votre navigateur est obsolète

Pour accéder à ce site, vous devez mettre à jour votre navigateur