La seule association à but non lucratif engagée pour plus de confort et de bon sens dans l’habitat.

Quel habitat pour demain ?

Publié le 18 mai 2018

L’urbanisation de la planète conduit à questionner l’évolution de l’habitat et la façon dont ce dernier doit être pensé pour répondre aux exigences économiques et environnementales d’un monde en pleine transition énergétique et démographique. C’est ainsi que pouvoirs publics et acteurs privés sont aujourd’hui nombreux à travailler sur ce que sera cet habitat du futur et certaines lignes commencent à émerger, notamment en Île-de-France.

Un logement adaptable, connecté, accessible et écologique

Aujourd’hui, le monde est peuplé de 7,5 milliards de personnes, une population mondiale qui devrait compter près de 10 milliards d’habitants en 2050, dont deux tiers seront concentrés en zone urbaine.

Cette forte augmentation démographique doit s’accompagner d’une réelle réflexion quant aux moyens à mettre en place pour garantir à chacun un environnement sûr, en phase avec les besoins d’une société en pleine mutation.

Enjeu majeur de cette évolution, l’habitat fait actuellement l’objet d’une attention particulière de la part des décideurs de tous bords en France, et s’inscrit au cœur des politiques sociales et environnementales nécessaires au bon développement du pays.

Le secteur du bâtiment est responsable de 45 % de la consommation totale d’énergie et 25 % des émissions de gaz à effet de serre au niveau national. Aussi, la précarité énergétique ne cesse de progresser dans le pays et 7 millions de logements sont considérés comme des « passoires thermiques ». La question de l’habitat s’impose donc comme une priorité pour permettre aux Français de vivre mieux et préparer le monde d’aujourd’hui aux changements encore à venir.

Fin 2017, le Conseil économique, social et environnemental régional (Ceser) d’Île-de-France a formulé certaines préconisations visant à dessiner l’habitat de demain et établir une stratégie régionale globale à l’horizon 2030/2050.

Pour le Ceser, créer l’habitat du futur nécessite de penser le développement d’un habitat universel qui répond à 4 critères :

  • adaptable, afin de faciliter notamment le quotidien de personnes fragilisées en leur donnant les moyens d’évoluer chez elles en toute sécurité ;
  • connecté, avec un habitat qui profite des nouvelles technologies pour devenir plus confortable, plus sûr et plus économe en énergie ;
  • accessible, voire adapté aux besoins des occupants quand le logement ne peut respecter les règles d’accessibilité en vigueur ;
  • écologique, pour participer à l’effort global de réduction des consommations d’énergie qu’impose la transition énergétique.

Afin de mettre sur pied cet habitat universel, le Ceser définit quatre orientations :

  1. Créer et conduire des applications expérimentales intégrant les nouvelles technologies de manière raisonnée au sein des habitations concernées avec l’ensemble des partenaires, les autres collectivités territoriales et les habitants.
  2. Soutenir la Silver économie ayant trait à l’habitat.
  3. Accélérer la mobilisation des collecteurs du 0,45% logement et des bailleurs sociaux dans le parc public grâce, notamment, à un partenariat efficient entre l’Etat, l'Union sociale pour l'habitat, la Caisse nationale d'assurance vieillesse, le Régime social des indépendants, et la Caisse centrale de la Mutualité sociale agricole.
  4. Participer à la réalisation d’un état des lieux exhaustif des conditions d’habitat aujourd’hui.

 

Rénover pour préparer l’habitat de demain

Si le bâtiment neuf est un secteur qui laisse des marges de manœuvres significatives pour construire l’habitat du futur envisagé par le Ceser, c’est avec l’habitat existant qu’il faudra savoir composer pour être efficace et capable de transformer le parc immobilier national.

Le taux de renouvellement du logement est de 1% par an, ce qui signifie que 100 ans seraient nécessaires pour renouveler l’intégralité des logements en France.  L’essentiel de l’habitat des 30 prochaines années existe donc déjà. Encourager et favoriser la rénovation des bâtiments est donc incontournable pour mettre en place et généraliser l’habitat de demain.

La rénovation énergétique bien entendu, désormais poussée par un plan national visant à massifier les projets censés rendre le bâti moins énergivore. Mais aussi une rénovation qui transforme l’habitat afin que ce dernier réponde aux besoins spécifiques de chacun, facilitant ainsi le vieillissement à domicile.

Depuis plusieurs années, Promotelec emprunte ces deux directions pour mener une action qui garantisse un habitat où le confort et la sécurité de tous sont améliorés.

Que ce soit avec le Label Rénovation responsable ou le travail de sensibilisation réalisé sur la maison connecté auprès du grand public et des professionnels, l’association participe à cette réflexion globale sur l’avenir de l’habitat en livrant des outils et des données qui permettent aux porteurs de projets de prendre les bonnes décisions.

Votre navigateur est obsolète

Pour accéder à ce site, vous devez mettre à jour votre navigateur