La seule association à but non lucratif engagée pour plus de confort et de bon sens dans l’habitat.

Domotique et autonomie : les collectivités en première ligne

Publié le 07 novembre 2017

Aujourd’hui, le vieillissement de la population représente un véritable enjeu pour les collectivités, un défi que certaines ont décidé de relever en plaçant la domotique au cœur de leur plan d’action. Eric Correia, Président de l’Agglomération du Grand Guéret, acteur majeur en France sur le terrain de la domotique au service de l’autonomie, revient sur l’engagement de sa région en faveur d’un habitat plus sûr et plus adapté.

Il y a une quinzaine d’années, le département de la Creuse a été pionnier dans la Silver économie et a, sous votre impulsion, commencé à utiliser la domotique pour favoriser le  maintien à domicile. Qu’est-ce qui a favorisé cette démarche ?

Notre réflexion a démarré au début des années 2000 lorsqu’on travaillait sur le réseau très haut débit après la privatisation de France Telecom. Dès lors, les collectivités limousines se sont mobilisées, au travers du syndicat mixte Dorsal, pour développer une infrastructure capable de couvrir les besoins de la région en haut débit.

eric-correia-president-de-l'agglo-du-grand-gueret

Eric Correia, Président de l'Agglomération du Grand Guéret

Il nous a semblé judicieux à ce moment-là d’exploiter les possibilités de cette nouvelle connectivité pour la mettre au service de l’autonomie. La Creuse est le département où la population est, en moyenne, la plus vieille de France, voire d’Europe. La domotique s’est ainsi imposée comme un levier de croissance pour faire de ce vieillissement un axe de développement et un vivier d’opportunités pour la région.

À l’époque, la domotique avait encore l’image de technologies de niche, réservées aux CSP+. Il était nécessaire de concevoir une offre qui soit accessible et permette de démocratiser ces solutions. À côté de cela, nous avons mené un travail pédagogique important pour sensibiliser le grand public aux avantages de la domotique en matière d’autonomie et de maintien à domicile.

Dès 2006, le Conseil général de la Creuse a commencé à équiper les personnes âgées de packs domotiques, un service qui a rapidement fait des émules dans d’autres départements.

Quels sont les prochains grands projets du Grand Guéret sur la domotique ?

Aujourd’hui, avec le Pôle Domotique et Santé Odyssée 2023 et les différentes formations professionnelles proposées par la région, nous souhaitons continuer d’avancer dans l’accompagnement des personnes âgées en portant des projets innovants et en axant nos efforts sur le développement des gérontechnologies et de leurs métiers.

Notre attention se porte également sur la maison intelligente et le bien-être à domicile. Nous ouvrons désormais notre champ d’actions à la performance énergétique, à la sécurité et au confort dans le logement. Nos services visent toujours les personnes âgées mais aussi celles présentant un handicap ou encore les foyers en quête d’un habitat durable et plus adapté à leurs attentes.

Parmi les différents projets, nous sommes en train de développer un showroom virtuel, en 3D, grâce auquel les personnes pourront être mises en situation afin d’identifier et d’apprécier les solutions susceptibles de répondre à leurs besoins. Cet outil nous permettra une mise à jour constante de notre offre avec la possibilité d’y intégrer facilement les nouveautés proposées.

La domotique sur le banc de l’école

Afin de profiter des débouchés professionnels qu’offre un secteur domotique en pleine expansion, plusieurs formations ont été créées dans l’agglomération du Grand Guéret. Le Centre de Ressources Domotique et Santé de Guéret vise à mettre en place un véritable campus dédié à la domotique sur le site de Guéret. Il rassemble notamment dans son enceinte le BTS Fluides Energies Domotique option bâtiments communicants ou encore la Licence professionnelle Automatique et Informatique Industrielle, spécialité Domotique et Autonomie des Personnes.

En 2014, le master « Auton’Hom-e » a été lancé à l’Université de Limoges en partenariat avec l’Université de Sherbrooke au Canada.

Pensez-vous que les collectivités sont assez armées pour faire face au vieillissement de la population et à cette envie de rester le plus longtemps possible chez soi ?

Je n’observe pas encore une forte mobilisation des acteurs publics qui pourrait favoriser la transition démographique annoncée. Nous sommes encore très en retard par rapport aux pays nordiques par exemple. Là-bas, à partir de 45 ans, la société vous considère comme un senior. Ils sont donc plus au fait de ces problématiques et anticipent très vite l’habitat évolutif quand les Français ont tendance à traîner un peu pour se lancer dans l’adaptation de leur logement.

Près de 9 Français sur 10(1) déclarent vouloir vieillir à domicile. Malgré ce désir d’indépendance, seuls 6 % des logements sont adaptés au quotidien de personnes en perte d'autonomie(2). 90 % des Français se disent néanmoins prêts à adapter leur domicile si leur état de santé se dégrade.

Que vous ont apporté les différentes actions menées avec Promotelec, notamment lors des Journées nationales de la domotique ?

La collaboration avec Promotelec nous a permis de donner une certaine crédibilité à nos projets. Le fait que Promotelec soit un service neutre, expert dans le domaine du confort et de la sécurité dans l’habitat, a servi notre démarche en mettant en avant l’utilité de ce que nous avons à proposer aux habitants de l’Agglomération du Grand Guéret.

De plus, Promotelec étant un opérateur national, travailler ensemble a été l’occasion de bénéficier d’une importante visibilité en profitant de l’impact de l’association et de sa force de communication dans tout le pays.

1 Enquête menée par l'institut de sondage Ifop pour Adhap.
2 Source : Ministère des Solidarités et de la santé.

Votre navigateur est obsolète

Pour accéder à ce site, vous devez mettre à jour votre navigateur