La seule association à but non lucratif engagée pour plus de confort et de bon sens dans l’habitat.

Développement de la mobilité électrique : pas d’impact négatif sur le réseau, d’après RTE

Publié le 24 mai 2019

Une nouvelle étude publiée récemment par RTE rassure quant à la capacité du réseau électrique national à supporter la montée en puissance de la mobilité électrique attendue. Pour le gestionnaire français du Réseau de transport d’électricité, la faisabilité du projet ne fait aucun doute dès lors qu’un pilotage de la recharge est mis en place.

La stabilité du réseau en question

C’est l’une des craintes les plus répandues lorsqu’est évoqué le développement de la mobilité électrique : le réseau électrique sera-t-il capable de répondre aux besoins énergétiques de millions de véhicules électriques ?

Malgré le nombre encore faible de voitures électriques, près de 180.000 véhicules sont actuellement en circulation selon l’Avere, les projections visent en effet un parc de près 16 millions de modèles d’ici à 2035. Une progression spectaculaire qui, selon RTE, ne devrait pas compromettre la stabilité du réseau électrique français.

L’étude RTE vient confirmer les travaux de la CRE (Commission de régulation de l’électricité) parus en 2018 et qui évoquaient déjà un impact marginal de la consommation liée au développement des véhicules électriques sur la consommation globale d’énergie.

Dans son rapport, RTE estime que la consommation énergétique annuelle qu’entraînera l’essor de la mobilité verte ne devrait pas excéder 48 TWh, soit 10% de la consommation française, quel que soit le scénario de déploiement envisagé. Une demande de puissance à laquelle les objectifs de production énergétique définis dans le cadre de la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) permettront de répondre sans difficulté.

Pour s’assurer de la fiabilité du réseau, et de sa capacité à maîtriser les pointes de consommation en période de recharge,  RTE explique l’importance d’instaurer un pilotage de la recharge qui permettra de limiter ces appels de puissance, et de ne pas perturber l’approvisionnement en électricité du réseau.

Le déploiement des smart grids permet notamment d’envisager un pilotage de la recharge intelligent capable de donner au réseau la flexibilité nécessaire pour alimenter le parc de voitures électriques durant les pics de consommation.

Un impact écologique positif

Le développement de la mobilité électrique fait partie des grandes directions prises par la France pour réussir sa transition énergétique et réduire ses émissions de gaz à effet de serre. Une stratégie que conforte aujourd’hui l’étude RTE en analysant l’empreinte carbone des véhicules électriques durant leur cycle de vie.

Dans son rapport, RTE fait état d’émissions de CO2 divisées par quatre pour un véhicule électrique, par rapport à un modèle thermique, analyse réalisée en considérant le cycle de vie de la batterie.

Pour réduire encore davantage l’impact environnemental de cette nouvelle mobilité, RTE préconise la création d‘une filière nationale de fabrication de batteries pour diminuer l’empreinte globale des transports dédiés, initiative que l’étude propose d’accompagner d’une baisse de la taille des batteries, ainsi que d’un meilleur taux de recyclage pour améliorer significativement la performance environnementale des véhicule électriques.

Pour consulter l’étude, cliquez ici

 

Votre navigateur est obsolète

Pour accéder à ce site, vous devez mettre à jour votre navigateur